y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Tour de Garde / Réveillez-vous / Livres / Tracts
Chaque Témoin de Jéhovah a un rôle important à jouer afin de propager la parole de Jéhovah.
Répondre
Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 06:15

Message par Thieb

medico a écrit : ses sois disantes paroles de JESUS sont des rajouts et la traduction du mn les mentionnent .donc c'est la encore une preuve que c'est une bonne traduction.
Franchement, j'hésite concernant la TMN : s'agit-il d'une mauvaise traduction ou d'une bonne falsification ?
Peux-tu m'expliquer pourquoi Jn 8:58 est rendu par "...j'ai été" alors qu'il faut écrire "...je suis" ? Je tirerai ma conclusion à partir de ta réponse et je prendrai tout le monde à témoin...de Jéhovah ! :D

Gef.

Avatar du membre

Messages : 316
Enregistré le : 05 mars 2010 05:47
Localisation : T e r r e

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 07:26

Message par Gef.

Thieb a écrit : Franchement, j'hésite concernant la TMN : s'agit-il d'une mauvaise traduction ou d'une bonne falsification ?
Peux-tu m'expliquer pourquoi Jn 8:58 est rendu par "...j'ai été" alors qu'il faut écrire "...je suis" ? Je tirerai ma conclusion à partir de ta réponse et je prendrai tout le monde à témoin...de Jéhovah ! :D
Il y a deux philosophies concernant les traductions de la bible.
Une traduction mot à mot.
Une traduction à lecture facile.
La TMN fait partie de cette deuxième catégorie.

Voici la traduction Louis second de Jean 8 : 58 : Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis.
Voici la traduction du Monde Nouveau de Jean 8 : 58 : Jésus leur dit : “ Oui, vraiment, je vous le dis : Avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été

Il faut le reconnaitre, la phrase TMN est plus française que a phrase Louis Second.
TEMOIN de DIEU et des Hommes de Foi - Bonjour à tous - Merci de m'avoir lu.

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 08:03

Message par Thieb

Dans le texte original, est-ce que la phrase de Jean en 8:58 est correcte au plan linguistique ? Pour répondre à cette question, voici une petite présentation.

Jésus parle à un groupe de personnes, des pharisiens, et leur dit : "Abraham, votre père, s'est réjoui à la pensée de voir mon jour ; il l'a vu et en a été heureux."
Au verset 57, ces pharisiens lui répondent : "Tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham ?"
Au verset 58, Jésus leur répond : "Oui, je vous le déclare, c'est la vérité : avant qu'Abraham soit né, “je suis”."

---------|-----------------------|---------------------------------|-------------------->
---------3-----------------------2---------------------------------1

Le moment "1" correspond au moment où Jésus parle.
Le moment "2" correspond au moment où Abraham naît.
Le moment "3" correspond au moment où le Fils vit et qui s'étend en aval et en amont de cette période.

Le texte grec enseigne ceci (verset 58) : ειπεν αυτοις Ιησους, Αμην λεγω υμιν, πριν Αβρααμ γενεσθαι εγω ειμι.
Il y a trois verbes dans cette phrase :
1) λεγω = (je) dis -> présent actif ;
2) γενεσθαι = (il) était -> infinitif aoriste ;
3) ειμι = (je) suis -> indicatif présent.

Donc, même en grec, cela "cloche". C'est donc que l'auteur veut faire comprendre autre chose. Or, la "traduction" de la WT ne rend plus cette spécificité du texte johannique.

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17756
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 10:36

Message par medico

les trinitaires tordent le sens véritable de certains versets. On en a, je pense, un exemple typique en rapport avec Jean 8:58, où Jésus déclare: “Avant qu’Abraham parût, Moi Je Suis.” (Osty). Les trinitaires font remarquer que Jésus utilise ici l’expression “Je Suis”, et ils la relient à la déclaration de Jéhovah à Moïse rapportée en Exode 3:14, rendue ainsi dans la Bible Osty: “Je suis qui Je Suis.” D’après eux, comme Jésus et Jéhovah utilisent tous deux l’expression “Je Suis”, ils seraient une seule et même personne. De fait, en grec le verbe être est bien conjugué au présent (je suis) en Jean 8:58.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 10:58

Message par Thieb

medico a écrit :les trinitaires tordent le sens véritable de certains versets. On en a, je pense, un exemple typique en rapport avec Jean 8:58, où Jésus déclare: “Avant qu’Abraham parût, Moi Je Suis.” (Osty). Les trinitaires font remarquer que Jésus utilise ici l’expression “Je Suis”, et ils la relient à la déclaration de Jéhovah à Moïse rapportée en Exode 3:14, rendue ainsi dans la Bible Osty: “Je suis qui Je Suis.” D’après eux, comme Jésus et Jéhovah utilisent tous deux l’expression “Je Suis”, ils seraient une seule et même personne. De fait, en grec le verbe être est bien conjugué au présent (je suis) en Jean 8:58.
Donc, pour éviter de faire un lien entre Jn 8:58 et Ex 3:14, la WT a décidé de traduire [ego eimi] par "j'étais", alors que [ego eimi] signifie littéralement "je suis" ! Quelle logique imparable... C'est ce qui nous différencie toi et moi, les tiens et les miens, Alain : vous éditez des versions de la Bible en fonction de vos croyances ; nous croyons en fonction de ce qu'ont écrit les auteurs inspirés de la Bible.

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17756
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 11:34

Message par medico

mais bien sur et les trinitaires sautent dessus pour dire que le je suis et le même que exode 3:14.
En Jean 8:58, la Bible du cardinal Liénart utilise de nouveau l’expression “Je suis” en rendant les paroles de Jésus, qui dit de lui-même: “Avant qu’Abraham parût, je suis.” Toutefois, telle qu’elle apparaît ici, cette expression diffère nettement de celle employée en Exode 3:14. En effet, Jésus n’en faisait pas un nom ou un titre, mais s’en servait uniquement pour expliquer qu’il avait eu une existence préhumaine. Par conséquent, la Traduction du monde nouveau rend plus correctement Jean 8:58 en disant: “Avant qu’Abraham soit venu à l’existence, j’étais.”
Il n’y a donc aucune raison biblique permettant d’affirmer que Jésus est Celui que les Écritures hébraïques appellent Jéhovah. C’est d’ailleurs ce que reconnaît le manuel cité plus haut. On y lit: “Le simple fait que Jésus ait existé avant de naître à Bethléhem ne suffit pas à prouver qu’il fût Dieu
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 11:57

Message par Thieb

Je n'ai assisté à aucun catéchisme. Les seules études que j'ai pu faire sont celles des ouvrages de la WT. J'ai étudié la Bible seul, tout seul. Lorsque j'ai commencé à lire la Bible sérieusement, c'est-à-dire en faisant attention, en m'imprégnant des textes, j'ai été frappé par la formule "je suis" qu'utilise Jésus en Jn 8:24. J'ai fait un parallèle direct entre ce passage et celui d'Ex 3:14, sans l'influence de personne. Comment expliques-tu cela, alors qu'à l'époque je n'aurais pas été capable de définir et d'expliquer ce qu'est la Trinité ? À la même époque, j'ai été amené à lire Gn 18:1-10. Idem : j'ai été frappé, mais cette fois c'est par la présence de "trois personnes" qu'Abraham appelait [Elohim]. Voilà pourquoi je m'intéresse au dogme de la Trinité et que j'y crois fermement.

La manipulation de la WT concernant le passage de Jn 8:58 est frauduleux car il veut à tout prix éviter de pouvoir faire un parallèle avec Ex 3:14. Et on retrouve une autre fraude en Jn 8:24. La WT a rajouté [lui] après la formule qui fait de Jésus le Dieu unique !

Mais peux-tu répondre à cette question : pourquoi Jean a utilisé le présent dans ce verset alors que l'aoriste aurait été plus logique ? Une explication philologique est la bienvenue.

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17756
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 12:05

Message par medico

la manipulation vient plus des trinitaires tu te trompes de cible.
et entre nous au cathéchisme il n'était pas question d'étudié la bible .alors faire un thése sur JEAN 8:58 encore moins.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 12:38

Message par Thieb

Quand j'écris que je n'ai jamais été au catéchisme, c'est pour dire que je ne suis pas le "produit" du catholicisme. Pour ce qui est du catéchisme, tu ne devrais pas trop critiquer. On y étudiait exactement de la même façon que chez les TJ aujourd'hui : en lisant des textes et en répondant à des questions au sujet des textes. C'était tout à fait le même processus. Car je ne connais que les protestants qui étudient la Bible. Les TJ étudient des brochures et des revues et vont lire un verset par-ci, un verset par là dans la Bible. Ce n'est pas ça, une étude biblique.

Tu n'as pas répondu à ma question. Je la repose car je sais que tu veux y répondre : pourquoi Jean a utilisé le présent dans ce verset alors que l'aoriste aurait été plus logique ?

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17756
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 13:45

Message par medico

je ne connais pas le grec pour te répondre correctement.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 16 avr. 2010 15:20

Message par Thieb

OK.

Gef.

Avatar du membre

Messages : 316
Enregistré le : 05 mars 2010 05:47
Localisation : T e r r e

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 17 avr. 2010 18:58

Message par Gef.

Extrait du 4Réveillez-vous4 du 22 Mars 1987 page 12.

La connaissance du grec m’a conduit à celle de Dieu
“NICHOLAS, j’aimerais que tu envisages sérieusement de te mettre au grec.” “Oui, Monsieur, entendu, Monsieur Benton.” C’était dans les années 1950. J’étais en classe de seconde dans une école privée d’Andover (Massachusetts), le Collège Phillips. J’étudiais déjà le latin et le français, et maintenant M. Benton voulait aussi que j’apprenne le grec? Il faut dire que j’aimais beaucoup les langues. M. Benton avait sans doute raison.
Dès mon entrée en première, je me suis donc inscrit au cours de grec. Cette langue m’a paru remarquablement souple, expressive et créative, et pourtant très simple. Je n’ai pas tardé à l’approfondir d’arrache-pied. C’est ainsi que je me suis lancé dans une passionnante étude du grec — mais j’étais loin de m’imaginer où cela allait me conduire!
Après avoir quitté le Collège Phillips, je suis entré à l’université de Princeton. Durant ma dernière année d’études, j’ai décidé de faire carrière dans l’enseignement. C’est ainsi qu’après avoir reçu mon diplôme je suis devenu professeur dans une école épiscopalienne de garçons, l’Institution Saint-Paul, dans le New Hampshire. Le choix de ce poste était dans le droit fil de l’éducation que j’avais reçue. Effectivement, durant ma jeunesse j’avais longtemps fait partie du chœur de l’église épiscopalienne de ma ville. Dans ma région, tous les gens respectables étaient soit unitariens, soit épiscopaliens. Bien qu’ayant été élevé dans la plus stricte tradition de l’Église épiscopalienne, je ne possédais qu’une connaissance très limitée de la Bible. Ce livre était oublié au profit des traditions de cette Église, traditions que je retrouvais à l’Institution Saint-Paul. Tout le monde — enseignants et élèves — devait se rendre à la chapelle une fois par jour en semaine et deux fois le dimanche.
J’ai enseigné le latin et le grec dans cette institution pendant quatre ans. Un an après mon arrivée, j’ai épousé Suzanne. Les trois étés suivants, je me suis préparé en vue de passer une maîtrise de lettres classiques, que j’ai obtenue. Alors que j’envisageais de poursuivre jusqu’au doctorat, j’ai reçu une lettre de M. Chase, qui avait été mon professeur de grec au Collège Phillips. “J’ai un poste vacant à Andover, m’écrivait-il. Je sais que vous désirez passer votre doctorat, mais voudriez-vous venir nous voir?” C’est ce que j’ai fait, et finalement j’ai accepté le poste de professeur de grec qui m’était proposé dans cette école, poste que j’ai occupé jusqu’à aujourd’hui.
Nous n’avions pas emménagé dans notre nouvelle maison depuis plus de trois semaines quand quelqu’un s’est présenté à notre porte. C’était une femme Témoin de Jéhovah. Elle a commencé à étudier la Bible avec Suzanne en cette année 1968 sur la base d’une publication éditée par la Société Watch Tower, le livre La vérité qui conduit à la vie éternelle. Cet ouvrage mentionnait certains termes qui apparaissent dans le texte original grec, comme hadês, psukhê et stauros. Un jour, Suzanne m’a demandé:
“Dis, Nicholas. Karen et moi avons parlé d’un mot grec qui se trouve dans la Bible: stauros. Est-il vrai qu’il ne signifie rien d’autre que ‘poteau’?”
“C’est vrai, il veut bien dire ‘poteau’. Je ne sais pas comment l’Église a pu rendre stauros par ‘croix’, mais cela ne m’étonne pas. Elle fait ce genre de choses au moins depuis l’époque de Constantin.”
Plus tard, j’ai rencontré le mari de Karen. Après avoir eu avec lui quelques discussions à bâtons rompus, nous avons commencé une étude biblique régulière. Le problème, c’était que l’Église épiscopalienne ne m’avait ni enseigné la Bible ni amené à avoir foi en ce livre. Il me fallait absolument aborder l’étude de la Bible avec logique. Était-il raisonnable de s’attendre à ce que les Témoins — une minorité impopulaire bien souvent dédaignée et tournée en dérision — aient suffisamment d’érudition pour m’y aider?
D’un autre côté, je le savais, des minorités qui n’avaient pas les mêmes idées que tout le monde étaient souvent ridiculisées, voire méprisées et persécutées par la majorité, mais il s’avérait finalement qu’elles avaient raison. Que devais-je donc penser des Témoins? Ils constituaient une minorité, étaient différents des autres, allaient de porte en porte, se plaçaient au coin des rues pour présenter leurs journaux, étaient parfois l’objet de moqueries et bien souvent de mépris et de persécution. Peut-être valait-il la peine de les écouter — il se pouvait qu’ils aient quelque chose d’intéressant à dire!
Je suis donc parti de l’hypothèse suivante: “Les Témoins de Jéhovah sont peut-être en mesure de m’indiquer véritablement qui est Dieu.” Cette hypothèse reposait simplement sur deux postulats: 1) la majorité n’est pas forcément dans le vrai, et 2) à moins de me ranger à l’opinion générale, je n’avais aucune raison de considérer d’emblée comme fausses les idées des Témoins de Jéhovah. Après quelques discussions basées sur la Bible, je me suis rendu compte qu’il me fallait émettre un troisième postulat fondamental. J’en ai parlé au Témoin qui étudiait avec moi en lui posant cette question: “Arthur, comment puis-je être sûr que la Bible n’est pas qu’un recueil d’histoires surannées?”
“J’ai exactement le livre qu’il vous faut!”, s’est-il exclamé.
Il m’a apporté le livre La Bible est-elle vraiment la Parole de Dieu?, qui venait d’être publié (en 1969) par la Société Watch Tower. Cet ouvrage présente un grand nombre de faits scientifiques et archéologiques qui confirment l’exactitude historique de la Bible. Il explique aussi comment de nombreuses prophéties se sont réalisées, prouvant ainsi qu’elles furent divinement inspirées. Cet important postulat était donc posé: la Bible est bien la Parole de Dieu!
Arthur et d’autres Témoins ont ensuite su me montrer tous les textes bibliques se rapportant aux questions que nous examinions. En “alliant des choses spirituelles à des paroles spirituelles”, ils ont rendu claires et cohérentes dans mon esprit des pensées qui autrement m’auraient semblé obscures ou contradictoires (I Corinthiens 2:13). Mes questions trouvaient une réponse grâce aux Écritures, les pièces du puzzle s’assemblaient, la trame harmonieuse de la vérité se tissait. Mon deuxième postulat se révélait juste lui aussi: les Témoins comprennent correctement la Bible.
À l’époque, j’avais commencé à assister aux réunions que les Témoins tenaient à la Salle du Royaume. Par la suite, j’ai accompagné Arthur de porte en porte. Une femme, une baptiste, m’a remis l’un de ces petits dépliants censés dévoiler les erreurs des Témoins de Jéhovah. Ses auteurs se référaient à plusieurs reprises au grec. Cela a éveillé ma curiosité: j’ai voulu savoir quel était au juste leur niveau en grec. En quelques semaines, je me suis procuré plusieurs dépliants de ce genre dans l’intention de les examiner.
La plupart de ces écrits abordaient principalement la question de la Trinité. Partant de l’idée selon laquelle la doctrine de la Trinité est exacte, ils sélectionnaient soigneusement des déclarations de théologiens pour prouver cette assertion. En fait, les attaques qu’ils lançaient contre les enseignements des Témoins concernaient le plus souvent cette doctrine de la Trinité et la version de la Bible que les Témoins utilisent, la Traduction du monde nouveau. En grec, comme en français, certains mots peuvent avoir différents sens selon le contexte. Le mot français “arc”, par exemple, peut désigner la portion d’une courbe ou l’instrument qui sert à lancer des flèches.
Quand on étudie la Bible, cependant, il faut non seulement tenir compte du contexte immédiat, mais aussi d’autres passages des Écritures pour déterminer dans quel sens un mot est utilisé en différents endroits. C’est ainsi que l’on peut savoir si l’on se fonde sur ses propres suppositions ou sur la vérité. J’ai noté que les auteurs de ces dépliants tordaient, dénaturaient bien souvent la vérité. Par contre, les Témoins se montraient tout à fait honnêtes: ils examinaient les preuves disponibles, les différentes possibilités, puis ils tiraient leurs conclusions tout en laissant à chacun le soin de se faire une opinion. Après avoir examiné attentivement les points controversés, je me suis rendu compte que les Témoins disaient vrai.
À l’évidence, les trinitaires tordent le sens véritable de certains versets. On en a, je pense, un exemple typique en rapport avec Jean 8:58, où Jésus déclare: “Avant qu’Abraham parût, Moi Je Suis.” (Osty). Les trinitaires font remarquer que Jésus utilise ici l’expression “Je Suis”, et ils la relient à la déclaration de Jéhovah à Moïse rapportée en Exode 3:14, rendue ainsi dans la Bible Osty: “Je suis qui Je Suis.” D’après eux, comme Jésus et Jéhovah utilisent tous deux l’expression “Je Suis”, ils seraient une seule et même personne. De fait, en grec le verbe être est bien conjugué au présent (je suis) en Jean 8:58.
Cependant, même leurs propres livres de grammaire théologique expliquent que lorsqu’un adverbe ou un terme qui marque le passé apparaît dans la phrase en grec, le verbe conjugué au présent est souvent traduit de manière à indiquer que l’action a commencé dans le passé et peut se poursuivre jusqu’au présent. Cela est également vrai en latin. C’est pourquoi la Traduction du monde nouveau rend correctement le grec en mettant “j’étais” au lieu de “Je Suis”. (Jean 8:58.) Pourtant, les trinitaires prétendent qu’il est absolument impossible de traduire ainsi. J’ai donc commencé à me rendre compte que les détracteurs des Témoins dénaturaient la vérité.
J’ai alors tenu ce raisonnement: ‘Puisque les Témoins sont dignes de foi en ce qui concerne le grec, pourquoi ne le seraient-ils pas dans leurs autres écrits?’ C’est ce qui m’a incité à étudier sérieusement la Bible, et en 1970 je me suis fait baptiser.
L’année précédente, la Société Watch Tower avait publié la Kingdom Interlinear Translation of the Greek Scriptures (Traduction interlinéaire des Écritures grecques). Cela s’est avéré crucial pour moi. Cette publication a sans doute contribué plus que toute autre chose à faire de moi un Témoin de Jéhovah.
Dans la colonne de gauche de chaque page on trouve le texte original en grec koinè, et sous chaque ligne est indiquée la traduction littérale du grec en anglais. Dans la colonne de droite est imprimé le texte en anglais moderne de la Traduction du monde nouveau.
Soit dit en passant, à l’époque où cette publication est parue je donnais justement des cours sur le grec du Nouveau Testament au Collège Phillips. Comme je n’avais pas appris le grec auprès d’un théologien enseignant le grec biblique, j’étais probablement plus objectif. Je pouvais examiner le texte sans préjugé, libre des notions doctrinales traditionnelles.
Les préjugés peuvent réellement fermer les yeux et les oreilles; quand des gens font des recherches dans le but de trouver la confirmation de ce qu’ils croient déjà, c’est tout ce que leurs yeux et leurs oreilles voient et entendent. Au lieu de s’efforcer d’avoir une vue d’ensemble des questions qu’ils examinent, ils ne s’intéressent qu’à ce qu’ils peuvent utiliser, ou dénaturer, pour soutenir leurs préjugés.
La plupart des théologiens que j’ai rencontrés n’ont pas une connaissance approfondie du grec. Par contre, la Kingdom Interlinear Translation témoigne d’une grande érudition. Quiconque s’intéresse réellement au grec, même s’il n’a qu’une connaissance limitée de cette langue, peut apprendre beaucoup grâce à cette publication. À mon avis, il s’agit de l’un des précieux ouvrages de la Société Watch Tower, et il n’est pas toujours estimé à sa juste valeur.
Maintenant, pourquoi suis-je devenu Témoin de Jéhovah? Outre toute l’aide que m’ont apportée ces livres d’érudition édités par la Société Watch Tower — notamment ceux qui se rapportent au grec — les événements ont joué un grand rôle dans mon cas. Vous souvenez-vous de ce à quoi ressemblait la vie durant les années 1968 à 1970? Je me rapprochais du mouvement hippie parce que je n’approuvais pas ce que faisaient mon pays et son gouvernement. D’un autre côté, comme je condamnais l’usage du LSD ou de la marijuana, je me disais que les hippies ne détenaient vraiment pas plus la réponse que les gouvernements. Je recherchais des solutions meilleures, un sens plus profond, un but plus noble dans ma vie.
Je me rendais compte que la vie, ce n’est pas seulement enseigner, vendre des contrats d’assurance ou avoir d’autres activités de ce genre. Vivre, ce n’est pas se cantonner dans les livres: c’est aller vers ses semblables — pas seulement vers ceux qui font leurs études dans des écoles réservées à une élite et dans des universités prestigieuses. J’avais suivi cette voie, et pourtant il me manquait toujours quelque chose. Je recherchais un but plus noble, qui ait véritablement de la valeur.
C’est ce que j’ai trouvé dans la vérité biblique. Celle-ci incite à aimer Dieu et son prochain. Grâce à elle, j’ai pu vraiment comprendre les gens. Des mécaniciens, des terrassiers, des cheminots, des gens de toutes sortes, que je n’aurais jamais rencontrés autrement. Et elle ne m’a pas simplement permis de les rencontrer, mais également d’apprendre à les connaître et d’en venir à les aimer.
C’est bien là ce que Jésus a fait lui aussi, n’est-ce pas? Il est allé vers les gens. Il s’est intéressé à eux, à leurs besoins. C’est ce que Paul a fait également. Ses lettres contiennent de nombreux conseils sur les relations humaines. À un certain moment, je me suis dit: “S’ils commencent à mettre les gens en camps de concentration, je veux y aller pour aider ces malheureux. Qu’on m’y envoie aussi!”
J’ai tenu ce raisonnement: ‘Si tu dois prendre position un jour, il te faudra bien faire un choix. Tu te rangeras soit du côté du système qui persécute, soit du côté de ceux qui sont persécutés.’ Mon désir était d’être compté parmi ceux qui appliquaient les principes de la Bible et qui défendaient la justice, quoi qu’il leur en coûte.
J’avais consacré suffisamment de temps à examiner les aspects scientifiques, intellectuels. Je devais maintenant laisser la place aux sentiments. C’est ce que faisaient les Témoins dans leur vie. Je désirais me joindre à eux. Pas à cause d’une date quelconque, d’Har-Maguédon, pas pour sauver ma peau. C’était mon cœur qui parlait. Ces gens marchent dans la droiture alors que les autres groupements religieux marchent dans l’erreur. Je voulais être du côté de la vérité.
C’est à tout cela que je pensais un matin en prenant ma douche et, dans mon cœur, je me suis alors voué à Jéhovah Dieu pour le servir. Je fais partie de ceux qui ont tout d’abord dû examiner le côté intellectuel de la vérité avant que celle-ci ne touche leur cœur. J’ai basé l’offrande de ma personne à Dieu sur un fondement solide: une foi édifiée sur la connaissance — la connaissance suprême, savoir: “Ceci signifie la vie éternelle: qu’ils apprennent à te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.” — Jean 17:3.
Maintenant, ma vie a un sens et repose sur le fondement de l’amour: l’amour pour Jéhovah, l’amour pour Jésus, et l’amour pour les gens qui aiment Jéhovah et Jésus. — Par Nicholas Kip.
[Note]
A Grammar of the Greek New Testament in the Light of Historical Research, par A. Robertson, 1934, pages 879, 880; A Manual Grammar of the Greek New Testament, par H. Dana, 1957, page 183. Voir aussi l’appendice 6F des Saintes Écritures — Traduction du monde nouveau à références (angl.), 1984, pages 1582, 1583.
[Entrefilet, page 11]
“Il veut bien dire ‘poteau’. Je ne sais pas comment l’Église a pu rendre stauros par ‘croix’.”
[Entrefilet, page 12]
Ils ne s’intéressent qu’à ce qu’ils peuvent utiliser, ou dénaturer, pour soutenir leurs préjugés.
[Encadré, page 14]
Commentaires d’hellénistes sur Les Écritures grecques chrétiennes — Traduction du monde nouveau
“Je m’intéresse à votre œuvre missionnaire et à sa portée mondiale, et cette traduction franche et vigoureuse m’a beaucoup plu. Je peux témoigner qu’elle reflète sous bien des rapports une érudition très sérieuse.” — Lettre datée du 8 décembre 1950, d’Edgar Goodspeed, qui a traduit le “Nouveau Testament” à partir du grec pour l’American Translation.
“Cette traduction est de toute évidence l’œuvre d’hellénistes compétents, qui ont cherché à rendre le sens véritable du texte grec en utilisant toutes les ressources de la langue anglaise.” — Commentaire d’Alexander Thomson, helléniste et hébraïsant, cité dans The Differentiator, avril 1952, pp. 52-57.
“La traduction du Nouveau Testament prouve que le mouvement compte des hellénistes capables de surmonter intelligemment les multiples problèmes que pose la traduction de la Bible.” — Andover Newton Quarterly (revue trimestrielle d’une faculté de théologie), janvier 1963.
“La traduction du Nouveau Testament a été faite par un comité dont les membres n’ont jamais révélé leur identité — et qui possèdent une connaissance remarquable du grec.” — Andover Newton Quarterly, septembre 1966.
“Il ne s’agit pas d’une traduction interlinéaire ordinaire: l’intégrité du texte est préservée, et l’anglais qui apparaît entre les lignes donne simplement le sens premier de chaque mot grec. (...) Après l’avoir examinée, j’en ai remis un exemplaire à plusieurs étudiants en deuxième année de grec qui désiraient s’en servir comme d’un texte auxiliaire. (...) La traduction de ce comité anonyme tient tout à fait compte des connaissances les plus récentes; elle est uniformément exacte. (...) En conclusion, quand un Témoin se présente à une porte, quiconque étudie les classiques, le grec ou la Bible ferait bien de l’inviter à entrer et de commander un exemplaire de cet ouvrage.” — Extrait d’une critique de la Kingdom Interlinear Translation of the Greek Scriptures, par Thomas Winter, de l’université du Nebraska, cité dans The Classical Journal, avril-mai 1974.
[Illustration, page 10]
Nicholas Kip donnant un cours de grec.
[Illustration, page 13]
Nicholas et sa femme, Suzanne, consultent la Traduction interlinéaire des Écritures grecques.
TEMOIN de DIEU et des Hommes de Foi - Bonjour à tous - Merci de m'avoir lu.

Thieb

Avatar du membre

Messages : 420
Enregistré le : 10 janv. 2010 09:29

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 17 avr. 2010 19:47

Message par Thieb

C'est étrange... J'ai eu écho de Kip et de cette Tour de Garde vendredi mais je n'y ai prêté qu'une demi-attention... C'est vraiment troublant !

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17756
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 18 avr. 2010 02:37

Message par medico

Thieb a écrit :C'est étrange... J'ai eu écho de Kip et de cette Tour de Garde vendredi mais je n'y ai prêté qu'une demi-attention... C'est vraiment troublant !
que ton coeur ne se trouble pas croie au SEIGNEUR et tu seras sauvé. :)
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

ved

Avatar du membre

Messages : 221
Enregistré le : 28 mars 2010 17:21

Re: y a-t-il une erreur de traduction de la bible

Ecrit le 24 avr. 2010 16:43

Message par ved

Thieb a écrit :Dans le texte original, est-ce que la phrase de Jean en 8:58 est correcte au plan linguistique ? Pour répondre à cette question, voici une petite présentation.

Jésus parle à un groupe de personnes, des pharisiens, et leur dit : "Abraham, votre père, s'est réjoui à la pensée de voir mon jour ; il l'a vu et en a été heureux."
Au verset 57, ces pharisiens lui répondent : "Tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham ?"
Au verset 58, Jésus leur répond : "Oui, je vous le déclare, c'est la vérité : avant qu'Abraham soit né, “je suis”."

---------|-----------------------|---------------------------------|-------------------->
---------3-----------------------2---------------------------------1

Le moment "1" correspond au moment où Jésus parle.
Le moment "2" correspond au moment où Abraham naît.
Le moment "3" correspond au moment où le Fils vit et qui s'étend en aval et en amont de cette période.

Le texte grec enseigne ceci (verset 58) : ειπεν αυτοις Ιησους, Αμην λεγω υμιν, πριν Αβρααμ γενεσθαι εγω ειμι.
Il y a trois verbes dans cette phrase :
1) λεγω = (je) dis -> présent actif ;
2) γενεσθαι = (il) était -> infinitif aoriste ;
3) ειμι = (je) suis -> indicatif présent.

Donc, même en grec, cela "cloche". C'est donc que l'auteur veut faire comprendre autre chose. Or, la "traduction" de la WT ne rend plus cette spécificité du texte johannique.
ça me va comme explication mais alors question :
si Jésus a dit "je suis" aurait-il prononcé le tétragramme et donc au passage se serait-il identifié à L'ETERNEL

d'où le changement de "je suis" par "j'ai été" dnas la tmn

Donc la fois ou le Christ prononce clairement le tetragramme la wt ommet celà
effectivement c'est pas surprenant
Le nom de DIEU s'écrit יהוה (= YHWH) se lit Yahweh. Le mensonge le plus efficace est la vérité altérée.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité