Esclave Fidèle et Avisé

Méthode de gestion de l'organisation.
Informations sur les méthodes de gestions sur l'organisation des témoins de Jéhovah.
Répondre
VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 16 avr. 2008 16:56

Message par VAGNA

Un “ serviteur ” est renvoyé
Puisqu’Israël était jadis le “ serviteur ” de Dieu, est-il également l’esclave dont parlait Jésus ? Eh bien Non, car, malheureusement, il ne s’est révélé ni fidèle, ni avisé.

Paul résume la situation lorsqu’il cite ces paroles que Jéhovah adresse à la nation : “ Le nom de Dieu est blasphémé à cause de vous parmi les nations. ” (Romains 2:24). Effectivement, Israël a atteint le summum de ses actes de rébellion quand il a rejeté Jésus ; c’est alors que Jéhovah l’a rejeté. — Matthieu 21:42, 43.

L’infidélité du “ serviteur ”, Israël, ne signifiait pas que les adorateurs fidèles verraient leurs vivres spirituels définitivement coupés.

À la Pentecôte 33, cinquante jours après la résurrection de Jésus, l’esprit saint a été répandu sur quelque 120 de ses disciples, rassemblés dans une chambre haute à Jérusalem.

À ce moment précis, une nouvelle nation est née. Sa naissance a été rendue publique, comme il se devait, lorsque ses membres se sont mis à parler hardiment aux habitants de Jérusalem “ des choses magnifiques de Dieu ”. (Actes 2:11.)
C’est ainsi que cette nouvelle nation, une nation spirituelle, est devenue le “ serviteur ” qui annoncerait aux nations la gloire de Jéhovah et qui donnerait la nourriture en temps voulu (1 Pierre 2:9). Cette nation en est venue à être appelée “ l’Israël de Dieu ”, nom qui convenait parfaitement. — Galates 6:16.
Chaque membre de “ l’Israël de Dieu ” est un chrétien voué à Dieu, baptisé et oint d’esprit saint, dont l’espérance est céleste. Ainsi, tout comme la classe préchrétienne du “ serviteur ” incluait tout Israélite qui vivait entre 1513 avant notre ère et la Pentecôte 33 de notre ère, de même l’“ esclave fidèle et avisé ” désigne, en tant que groupe, tous les membres de la nation spirituelle ointe sur la terre, à n’importe quelle époque donnée depuis 33 jusqu’à aujourd’hui. Mais qui sont les “ domestiques ” à qui l’esclave donne de la nourriture spirituelle ? Au Ier siècle, tous les chrétiens nourrissaient l’espérance céleste. Par conséquent, les domestiques étaient aussi les chrétiens oints, mais pris individuellement et non collectivement. Tous, y compris ceux qui occupaient des positions de responsabilité dans la congrégation, avaient besoin de la nourriture spirituelle fournie par l’esclave. — 1 Corinthiens 12:12, 19-27 ; Hébreux 5:11-13 ; 2 Pierre 3:15, 16.

VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 16 avr. 2008 16:59

Message par VAGNA

À chacun son ouvrage ”
Si “ l’Israël de Dieu ” est la classe de l’esclave fidèle et avisé qui a reçu une mission, chacun de ses membres a également des responsabilités qui lui sont propres.
C’est ce qu’indiquent clairement ces paroles de Jésus consignées en Marc 13:34 : “ C’est comme un homme partant en voyage à l’étranger, qui a quitté sa maison et a donné le pouvoir à ses esclaves, à chacun son ouvrage, et a ordonné au portier de veiller. ” Ainsi, chaque membre de la classe de l’esclave s’est vu confier une tâche : accroître les biens terrestres du Christ. Il s’en acquitte selon ses capacités et ses possibilités. — Matthieu 25:14, 15.
L’apôtre Pierre a, quant à lui, écrit aux chrétiens oints de son époque : “ Pour autant que chacun a reçu un don, utilisez-le en vous servant les uns les autres, comme d’excellents intendants de la faveur imméritée de Dieu, laquelle se manifeste de manières diverses. ” (1 Pierre 4:10).

Les chrétiens oints ont donc la responsabilité de se servir les uns les autres à l’aide des dons que Dieu leur a accordés. Les paroles de Pierre indiquent en outre que tous n’auraient pas les mêmes capacités, les mêmes responsabilités ou les mêmes privilèges. Chaque membre de la classe de l’esclave pourrait toutefois contribuer dans une certaine mesure à la croissance de la nation spirituelle. De quelle façon ?

Avant tout, chacun d’eux a la responsabilité d’être un témoin de Jéhovah, et pour cela de prêcher la bonne nouvelle du Royaume (Isaïe 43:10-12 ; Matthieu 24:14).

Juste avant de monter au ciel, Jésus a commandé à tous ses fidèles disciples, hommes et femmes, d’être des enseignants. Il a déclaré : “ Allez donc et faites des disciples de gens d’entre toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et de l’esprit saint, leur enseignant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et, voyez, je suis avec vous tous les jours jusqu’à l’achèvement du système de choses. ” — Matthieu 28:19, 20.
Quand les chrétiens trouvaient de nouveaux disciples, ils devaient leur enseigner soigneusement à observer tout ce que Christ avait commandé.
Avec le temps, ceux qui accueillaient favorablement cet enseignement étaient qualifiés pour enseigner d’autres personnes.

Dans de nombreuses nations, une nourriture spirituelle riche était mise à la disposition des éventuels futurs membres de la classe de l’esclave. Tous les chrétiens oints, hommes et femmes, prenaient part à la mission consistant à faire des disciples (Actes 2:17, 18). Cette œuvre devait se poursuivre depuis le moment où l’esclave l’avait commencée jusqu’à la fin de ce système de choses.

Les chrétiens oints baptisés depuis peu appartenaient désormais à l’esclave ; mais quelle que soit la personne qui les avait enseignés au départ, ils continuaient d’être instruits par les membres de la congrégation qui remplissaient les conditions bibliques requises pour être anciens (1 Timothée 3:1-7 ; Tite 1:6-9). Ces hommes avaient ainsi le privilège de contribuer de façon particulière à la croissance de la nation. Le fait que l’enseignement dans la congrégation était réservé aux frères ne suscitait aucune amertume chez les chrétiennes ointes fidèles (1 Corinthiens 14:34, 35).

Au contraire, elles étaient heureuses de bénéficier du travail assidu des éléments masculins de la congrégation, et elles étaient reconnaissantes des privilèges qui s’offraient à elles, comme celui d’annoncer la bonne nouvelle à autrui. Aujourd’hui, les chrétiennes ointes zélées manifestent la même humilité, que les anciens de leur congrégation soient oints ou non.
La nourriture spirituelle de base donnée au Ier siècle provenait directement des écrits des apôtres et d’autres disciples, qui assuraient la direction de la congrégation. Leurs lettres — plus particulièrement celles qui figurent au nombre des 27 livres inspirés composant les Écritures grecques chrétiennes — qui circulaient dans les congrégations servaient sans aucun doute de base à l’enseignement donné localement par les anciens. De la sorte, les représentants de l’esclave distribuaient fidèlement une riche nourriture spirituelle aux chrétiens sincères. Au Ier siècle, la classe de l’esclave s’est acquittée fidèlement de sa mission
.

VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 16 avr. 2008 17:06

Message par VAGNA

L’“ esclave ”, 19 siècles plus tard
Et aujourd’hui ? Lorsque sa présence a débuté, en 1914, Jésus a-t-il trouvé un groupe de chrétiens oints qui dispensaient fidèlement la nourriture en temps voulu ? Assurément ! On pouvait aisément identifier ce groupe aux beaux fruits qu’il produisait (Matthieu 7:20). Depuis lors, les événements ont confirmé cette identification.

Lorsque Jésus est arrivé, quelque 5 000 domestiques s’activaient à répandre la vérité biblique.

Les ouvriers étaient peu nombreux, mais l’esclave recourait à diverses méthodes ingénieuses pour répandre la bonne nouvelle (Matthieu 9:38). C’est ainsi qu’on a publié des sermons sur des thèmes bibliques dans près de 2 000 journaux.

De cette façon, la vérité de la Parole de Dieu atteignait des dizaines de milliers de lecteurs à la fois. On a également préparé un programme de huit heures qui consistait en une projection combinée de vues fixes en couleur et de films. Grâce à cette présentation novatrice, on a exposé le message de la Bible, depuis le début de la création jusqu’à la fin du Règne millénaire du Christ, à plus de neuf millions de personnes sur trois continents. On a aussi utilisé des publications imprimées. Par exemple, en 1914, La Tour de Garde était tirée à 50 000 exemplaires.
Oui, lorsque le Maître est arrivé, il a trouvé son fidèle esclave en train de nourrir consciencieusement les domestiques et de prêcher la bonne nouvelle.
De plus grandes responsabilités attendaient à présent cet esclave.
Jésus avait déclaré : “ Vraiment, je vous le dis : Il l’établira sur tous ses biens. ” (Matthieu 24:47). C’est ce qu’il a fait en 1919, après que l’esclave est passé par une période d’épreuves. Mais pourquoi “ l’esclave fidèle et avisé ” a-t-il reçu de plus grandes responsabilités ? Parce que les biens du Maître s’étaient accrus : Jésus avait reçu la royauté en 1914.
Quels sont les biens sur lesquels le Maître nouvellement couronné a établi son fidèle esclave ?

Ce sont tous les biens spirituels qui sont à lui sur la terre.

Par exemple, une vingtaine d’années après l’intronisation du Christ en 1914, on a découvert l’identité d’“ une grande foule ” d’“ autres brebis ”. (Révélation 7:9 ; Jean 10:16.) Il ne s’agissait pas de membres de “ l’Israël de Dieu ”, mais d’hommes et de femmes sincères ayant une espérance terrestre, qui aimaient Jéhovah et qui souhaitaient le servir au même titre que les chrétiens oints. C’était comme s’ils avaient dit à “ l’esclave fidèle et avisé ” : “ Nous voulons aller avec vous, car nous avons entendu dire que Dieu est avec vous. ” (Zekaria 8:23). Ces chrétiens nouvellement baptisés ont bénéficié de la même riche nourriture spirituelle que les domestiques oints, et depuis lors les deux classes ont part à une même table spirituelle. Quelle bénédiction pour les membres de la “ grande foule ” !

Les membres de la “ grande foule ” se sont joints avec joie à la classe de l’esclave oint pour annoncer la bonne nouvelle.

À mesure qu’ils prêchaient, les biens terrestres du Maître s’accroissaient, ce qui ajoutait aux responsabilités de “ l’esclave fidèle et avisé ”.

Comme un nombre croissant de personnes cherchaient la vérité, il fallait des imprimeries plus grandes pour satisfaire la demande de publications bibliques.

Des filiales des Témoins de Jéhovah ont été ouvertes dans un pays après l’autre. On a envoyé des missionnaires “ jusque dans la région la plus lointaine de la terre ”. (Actes 1:8.) D’environ 5 000 oints en 1914, le nombre de ceux qui louent Dieu est passé à plus de six millions aujourd’hui, la majorité d’entre eux appartenant à la “ grande foule ”. Sans conteste, les biens du Roi se sont considérablement accrus depuis son intronisation en 1914.
Tout cela prouve que l’esclave s’est bien montré à la fois “ fidèle et avisé ”. Juste après avoir parlé de “ l’esclave fidèle et avisé ”, Jésus a donné deux paraboles qui mettent en relief ces qualités : celle des vierges avisées et des vierges sottes, et celle des talents (Matthieu 25:1-30). Voilà de quoi éveiller notre curiosité !
Ah il faut suivreImage

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 16 avr. 2008 17:11

Message par Zouzouspetals

J'ai l'impression, à lire vos interprétations, que vous envisagez les paroles de Jésus comme une immense parabole, où chaque détail du texte renverrait à d'autres détails, pour en préciser le sens. Ainsi, comme un texte parle d'un esclave, et qu'un autre cite des esclaves, vous en déduisez que le premier esclave désigne un groupe collectif ; de même, un récit parle d'un esclave fidèle et "avisé" et d'un maître qui rentre de voyage, le suivant de cinq vierges "avisées" et d'un époux qui arrive, et vous en concluez qu'il s'agit de deux préfigurations des mêmes personnes.

Appliqué aux fables de La Fontaine, ce "raisonnement" pourrait amener à penser, par exemple, que c'est le même renard qui, affamé par la cigogne et son vase au long col, serait allé flatter le corbeau pour lui dérober son fromage ! Je vous laisse imaginer tous les croisements et toutes les gloses possibles à partir de ces 240 fables !

Pour ma part, je pense que chaque parabole énoncée par Jésus est un petit récit autonome, qui tient debout tout seul et dont on peut dégager une morale. C'est cette morale seule dont les différentes facettes sont précisées au gré des récits ; non pas, les détails de chaque histoire.

Ainsi, la parabole de Matthieu 24:45-50 met en scène un esclave, et un seul, qui a le choix, en l'absence de son maître, de se montrer "fidèle et avisé" ou "mauvais" (ce que déterminera définitivement le maître à son retour, en prenant son esclave sur le fait, dans une situation heureuse ou malheureuse).
Et la parabole de Matthieu 25:1-12 présente 10 vierges invitées à un festin de mariage, dont 5 seulement, pour avoir été prévoyantes en apportant une réserve d'huile, pourront rentrer avec l'époux, les 5 autres restant à la porte.

La morale de ces deux histoires est la même : "Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient." (Matthieu 24:42) ; "Voilà pourquoi, vous aussi, montrez-vous prêts, car c’est à une heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme vient." (Matthieu 24:44) ; "13 “ Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure." (Matthieu 25:13).
Mais ce ne sont pas les mêmes histoires.
Et il est inutile de chercher à combler les blancs de l'une par l'autre, car elles n'ont pas vocation à se réaliser dans les moindres détails (ce ne sont pas des prophéties).

Autrement, vous arrivez à une histoire complètement hybride, nouveau monstre de Frankenstein, qui ne veut plus rien dire :

Il était une fois un esclave que son maître avait établi sur sa maisonnée pour donner la nourriture à ses domestiques en temps voulu ; cet esclave était composé de 10 vierges, qui attendaient le cortège nuptial pour assister au festin de mariage de l'époux.
Obligé de tenir d'une main une lampe à huile tout en préparant le repas de la seconde (sans oublier, accessoirement, de balayer la pièce à la recherche d'une drachme perdue, afin de rassembler assez d'argent pour acheter le champ dans lequel il avait trouvé une perle de grande valeur, et ainsi pouvoir bâtir sa propre maison sur le roc...), cet esclave "fidèle et avisé", et collectif, finit par s'assoupir. Enfin une partie de lui-même seulement, l'autre étant occupée à se plaindre du retard du maître ou de l'époux, à s'enivrer et à se battre.
Lorsque le cri retentit "Voici l'époux", aussitôt, la moitié "vierges avisées" de l'esclave fut prête à se joindre au cortège, lampe allumée en main ; quant à sa partie "vierges sottes", elle fut contrainte d'aller, en pleine nuit, acheter de l'huile pour pouvoir s'éclairer.
C'est à ce moment-là que le maître revint de voyage. Et que découvrit-il ? Son "esclave fidèle et avisé" qui avait laissé la maisonnée sans surveillance, occupé qu'il était à faire la nouba avec l'époux ; et son "mauvais esclave" qui, ayant trouvé porte close au festin de mariage, était retourné tout penaud à la maison, avant de réaliser qu'étant seul maître à bord, il pouvait désormais vider le garde-manger à sa guise, et terroriser un peu plus encore les domestiques.
Bien sûr, le Maître reprit les choses en mains, épousa son "esclave fidèle et avisé" qui aimait tant les mariages, renvoya son "esclave mauvais" et, pris de remords, passa ses journées sur le pas de sa porte à guetter le retour de ce "fils prodigue."
Ce qui se produisit quelques années plus tard. HAPPY END.

(Même si cette histoire me plaît, j'ai toutefois un peu de mal à lui trouver un sens ; alors, ne parlons pas d'une réalisation historique !)
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 16 avr. 2008 17:12

Message par Zouzouspetals

J'ai l'impression, à lire vos interprétations, que vous envisagez les paroles de Jésus comme une immense parabole, où chaque détail du texte renverrait à d'autres détails, pour en préciser le sens. Ainsi, comme un texte parle d'un esclave, et qu'un autre cite des esclaves, vous en déduisez que le premier esclave désigne un groupe collectif ; de même, un récit parle d'un esclave fidèle et "avisé" et d'un maître qui rentre de voyage, le suivant de cinq vierges "avisées" et d'un époux qui arrive, et vous en concluez qu'il s'agit de deux préfigurations des mêmes personnes.

Appliqué aux fables de La Fontaine, ce "raisonnement" pourrait amener à penser, par exemple, que c'est le même renard qui, affamé par la cigogne et son vase au long col, serait allé flatter le corbeau pour lui dérober son fromage ! Je vous laisse imaginer tous les croisements et toutes les gloses possibles à partir de ces 240 fables !

Pour ma part, je pense que chaque parabole énoncée par Jésus est un petit récit autonome, qui tient debout tout seul et dont on peut dégager une morale. C'est cette morale seule dont les différentes facettes sont précisées au gré des récits ; non pas, les détails de chaque histoire.

Ainsi, la parabole de Matthieu 24:45-50 met en scène un esclave, et un seul, qui a le choix, en l'absence de son maître, de se montrer "fidèle et avisé" ou "mauvais" (ce que déterminera définitivement le maître à son retour, en prenant son esclave sur le fait, dans une situation heureuse ou malheureuse).
Et la parabole de Matthieu 25:1-12 présente 10 vierges invitées à un festin de mariage, dont 5 seulement, pour avoir été prévoyantes en apportant une réserve d'huile, pourront rentrer avec l'époux, les 5 autres restant à la porte.

La morale de ces deux histoires est la même : "Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient." (Matthieu 24:42) ; "Voilà pourquoi, vous aussi, montrez-vous prêts, car c’est à une heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme vient." (Matthieu 24:44) ; "13 “ Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure." (Matthieu 25:13).
Mais ce ne sont pas les mêmes histoires.
Et il est inutile de chercher à combler les blancs de l'une par l'autre, car elles n'ont pas vocation à se réaliser dans les moindres détails (ce ne sont pas des prophéties).

Autrement, vous arrivez à une histoire complètement hybride, nouveau monstre de Frankenstein, qui ne veut plus rien dire :

Il était une fois un esclave que son maître avait établi sur sa maisonnée pour donner la nourriture à ses domestiques en temps voulu ; cet esclave était composé de 10 vierges, qui attendaient le cortège nuptial pour assister au festin de mariage de l'époux.
Obligé de tenir d'une main une lampe à huile tout en préparant le repas de la seconde (sans oublier, accessoirement, de balayer la pièce à la recherche d'une drachme perdue, afin de rassembler assez d'argent pour acheter le champ dans lequel il avait trouvé une perle de grande valeur, et ainsi pouvoir bâtir sa propre maison sur le roc...), cet esclave "fidèle et avisé", et collectif, finit par s'assoupir. Enfin une partie de lui-même seulement, l'autre étant occupée à se plaindre du retard du maître ou de l'époux, à s'enivrer et à se battre.
Lorsque le cri retentit "Voici l'époux", aussitôt, la moitié "vierges avisées" de l'esclave fut prête à se joindre au cortège, lampe allumée en main ; quant à sa partie "vierges sottes", elle fut contrainte d'aller, en pleine nuit, acheter de l'huile pour pouvoir s'éclairer.
C'est à ce moment-là que le maître revint de voyage. Et que découvrit-il ? Son "esclave fidèle et avisé" qui avait laissé la maisonnée sans surveillance, occupé qu'il était à faire la nouba avec l'époux ; et son "mauvais esclave" qui, ayant trouvé porte close au festin de mariage, était retourné tout penaud à la maison, avant de réaliser qu'étant seul maître à bord, il pouvait désormais vider le garde-manger à sa guise, et terroriser un peu plus encore les domestiques.
Bien sûr, le Maître reprit les choses en mains, épousa son "esclave fidèle et avisé" qui aimait tant les mariages, renvoya son "esclave mauvais" et, pris de remords, passa ses journées sur le pas de sa porte à guetter le retour de ce "fils prodigue."
Ce qui se produisit quelques années plus tard. HAPPY END.

(Même si cette histoire me plaît, j'ai toutefois un peu de mal à lui trouver un sens ; alors, ne parlons pas d'une réalisation historique !)
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 16 avr. 2008 17:12

Message par Zouzouspetals

Oups, je crois que mon ordinateur s'est pris un instant pour VAGNA. :wink:
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 16 avr. 2008 17:42

Message par Zouzouspetals

En survolant les copier-coller de VAGNA, je viens de remarquer quelque chose que je trouve totalement contradictoire :

Dans la parabole de Matthieu 24:45-50, il est question d'un esclave qui nourrit des domestiques.
Pour la WT, ""l’esclave fidèle et avisé ” désigne, en tant que groupe, tous les membres de la nation spirituelle ointe sur la terre, à n’importe quelle époque donnée depuis 33 jusqu’à aujourd’hui."
Et "les domestiques étaient aussi les chrétiens oints, mais pris individuellement et non collectivement."

En bref, Jésus aurait utilisé un singulier (l'esclave) pour désigner un groupe, et un pluriel (les domestiques) pour représenter individuellement les membres de ce même groupe ! Etonnant, non !!!


Pour terminer, en hommage à VAGNA :
Il était une fois un esclave que son maître avait établi sur sa maisonnée pour donner la nourriture à ses domestiques en temps voulu ; cet esclave était composé de 10 vierges, qui attendaient le cortège nuptial pour assister au festin de mariage de l'époux.
Obligé de tenir d'une main une lampe à huile tout en préparant le repas de la seconde (sans oublier, accessoirement, de balayer la pièce à la recherche d'une drachme perdue, afin de rassembler assez d'argent pour acheter le champ dans lequel il avait trouvé une perle de grande valeur, et ainsi pouvoir bâtir sa propre maison sur le roc...), cet esclave "fidèle et avisé", et collectif, finit par s'assoupir. Enfin une partie de lui-même seulement, l'autre étant occupée à se plaindre du retard du maître ou de l'époux, à s'enivrer et à se battre.
Lorsque le cri retentit "Voici l'époux", aussitôt, la moitié "vierges avisées" de l'esclave fut prête à se joindre au cortège, lampe allumée en main ; quant à sa partie "vierges sottes", elle fut contrainte d'aller, en pleine nuit, acheter de l'huile pour pouvoir s'éclairer.
C'est à ce moment-là que le maître revint de voyage. Et que découvrit-il ? Son "esclave fidèle et avisé" qui avait laissé la maisonnée sans surveillance, occupé qu'il était à faire la nouba avec l'époux ; et son "mauvais esclave" qui, ayant trouvé porte close au festin de mariage, était retourné tout penaud à la maison, avant de réaliser qu'étant seul maître à bord, il pouvait désormais vider le garde-manger à sa guise, et terroriser un peu plus encore les domestiques.
Bien sûr, le Maître reprit les choses en mains, épousa son "esclave fidèle et avisé" qui aimait tant les mariages, renvoya son "esclave mauvais" et, pris de remords, passa ses journées sur le pas de sa porte à guetter le retour de ce "fils prodigue."
Ce qui se produisit quelques années plus tard. HAPPY END.
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

question

Avatar du membre

Messages : 354
Enregistré le : 09 févr. 2008 05:38

Ecrit le 17 avr. 2008 06:08

Message par question

La Société Watchtower - et en particulier le Collège Central - s'identifie elle-même à « l'esclave fidèle et avisé », mentionné par le Christ en Matthieu 24:45-47, lequel a reçu comme mission de fournir la « nourriture spirituelle en temps voulu » aux Témoins de Jéhovah.
Cet enseignement suscite plusieurs critiques :



- L'explication théologique est toutefois réfutée par plusieurs personnes qui estiment qu'il n'y a jamais eu de collège central à Jérusalem au Ier siècle qui aurait supervisé l'œuvre des premiers chrétiens et aurait énoncé la bonne compréhension des écrits bibliques.

- Des critiques font remarquer qu'il n'y a pas eu de chaîne continue d’une classe d’esclaves proches et soudés qui aurait pris naissance au Ier siècle et qui, de génération en génération, se serait perpétué jusqu'à l'époque de Charles Taze Russell et de la Société Watchtower que celui-ci a fondée.

- Dans la pratique, le Collège Central ne consulte jamais les autres membres oints pour prendre une décision sur la doctrine ou l'organisation, alors qu'en théorie la classe des membres oints dans leur ensemble constitue l' 'esclave fidèle et avisé'.

- Les décisions prises (à la majorité des deux tiers) par cet 'esclave fidèle et avisé' ne sont pas contestables, sous peine d'excommunication ; tous les fidèles sont tenus de s'y soumettre, quand bien même il s'agit de décisions graves touchant à leur vie (soins médicaux, neutralité politique...), ou contradictoires au fil du temps.

- L' 'esclave' estime que les interprétations bibliques qu'il fournit sont absolument indispensables aux fidèles, car celui qui étudierait la Bible
Seule ne pourrait pas, d'après lui, la comprendre sans ces explications La Tour de Garde, 15 mars 1982 :


« Si nous ne restons pas en contact avec ce canal dont Dieu se sert pour communiquer, nous aurons beau lire la Bible tant et plus, nous n'avancerons pas sur le chemin de la vie. »


Que penser de :

(1 Jean 2:20- TMN) Et vous avez une onction [qui vient] du saint ; tous, vous avez la connaissance.

(1 Jean 2:27 - TMN) Et quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que quelqu’un vous enseigne ; mais, comme l’onction [reçue] de lui vous enseigne sur toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, et tout comme elle vous a enseignés, demeurez en union avec lui.


Vous noterez particulièrement :

(1 Corinthiens 2:14-15 - TMN) Mais l’homme physique ne reçoit pas les choses de l’esprit de Dieu, car elles sont une sottise pour lui ; et il ne peut pas parvenir à [les] connaître, parce que c’est spirituellement qu’on les examine. 15 Cependant, l’homme spirituel examine réellement toutes choses, mais lui-même n’est examiné par personne.

ou encore

(Jean 16:13-14 - TMN) Cependant, quand celui-là arrivera, l’esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de son propre mouvement, mais tout ce qu’il entend, il le dira, et il vous annoncera les choses qui viennent. 14 Celui-là me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi et vous l’annoncera.
Modifié en dernier par question le 17 avr. 2008 10:26, modifié 1 fois.

VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 17 avr. 2008 07:09

Message par VAGNA

Zouzouspetals a écrit :Oups, je crois que mon ordinateur s'est pris un instant pour VAGNA. :wink:
Image LOL LOL !
Coller ou pas ça ne change en rien mon point de vue. Et si je t'écrit moi-même, les même penses, tu comprendra encore moins....
Mais dit moi Question, tu le fait pas?
Moi si je me serve pas avec cette outil là, je serais bruler devant ordi.
C'est pas mon attention.
Au plaisir
Image

question

Avatar du membre

Messages : 354
Enregistré le : 09 févr. 2008 05:38

Ecrit le 17 avr. 2008 15:17

Message par question

La Société Watchtower - et en particulier le Collège Central - s'identifie elle-même à « l'esclave fidèle et avisé », mentionné par le Christ en Matthieu 24:45-47, lequel a reçu comme mission de fournir la « nourriture spirituelle en temps voulu » aux Témoins de Jéhovah.
Cet enseignement suscite plusieurs critiques :



- L'explication théologique est toutefois réfutée par plusieurs personnes qui estiment qu'il n'y a jamais eu de collège central à Jérusalem au Ier siècle qui aurait supervisé l'œuvre des premiers chrétiens et aurait énoncé la bonne compréhension des écrits bibliques.

- Des critiques font remarquer qu'il n'y a pas eu de chaîne continue d’une classe d’esclaves proches et soudés qui aurait pris naissance au Ier siècle et qui, de génération en génération, se serait perpétué jusqu'à l'époque de Charles Taze Russell et de la Société Watchtower que celui-ci a fondée.

- Dans la pratique, le Collège Central ne consulte jamais les autres membres oints pour prendre une décision sur la doctrine ou l'organisation, alors qu'en théorie la classe des membres oints dans leur ensemble constitue l' 'esclave fidèle et avisé'.

- Les décisions prises (à la majorité des deux tiers) par cet 'esclave fidèle et avisé' ne sont pas contestables, sous peine d'excommunication ; tous les fidèles sont tenus de s'y soumettre, quand bien même il s'agit de décisions graves touchant à leur vie (soins médicaux, neutralité politique...), ou contradictoires au fil du temps.

- L' 'esclave' estime que les interprétations bibliques qu'il fournit sont absolument indispensables aux fidèles, car celui qui étudierait la Bible
Seule ne pourrait pas, d'après lui, la comprendre sans ces explications La Tour de Garde, 15 mars 1982 :


« Si nous ne restons pas en contact avec ce canal dont Dieu se sert pour communiquer, nous aurons beau lire la Bible tant et plus, nous n'avancerons pas sur le chemin de la vie. »


Que penser de :

(1 Jean 2:20- TMN) Et vous avez une onction [qui vient] du saint ; tous, vous avez la connaissance.

(1 Jean 2:27 - TMN) Et quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que quelqu’un vous enseigne ; mais, comme l’onction [reçue] de lui vous enseigne sur toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, et tout comme elle vous a enseignés, demeurez en union avec lui.


Vous noterez particulièrement :

(1 Corinthiens 2:14-15 - TMN) Mais l’homme physique ne reçoit pas les choses de l’esprit de Dieu, car elles sont une sottise pour lui ; et il ne peut pas parvenir à [les] connaître, parce que c’est spirituellement qu’on les examine. 15 Cependant, l’homme spirituel examine réellement toutes choses, mais lui-même n’est examiné par personne.

ou encore

(Jean 16:13-14 - TMN) Cependant, quand celui-là arrivera, l’esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de son propre mouvement, mais tout ce qu’il entend, il le dira, et il vous annoncera les choses qui viennent. 14 Celui-là me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi et vous l’annoncera.

Comment concilier l'idée que la bible insiste sur la capacité de chaque chrétien d'obtenir la connaissance, notamment grace à l'esprit saint agissant sur chaque adorateur et le concepte de l'E F A seul moyen d'obtenir cette connaisssance ???

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 17 avr. 2008 16:44

Message par Nhoj

La Société Watchtower - et en particulier le Collège Central - s'identifie elle-même à « l'esclave fidèle et avisé »,
Vous êtes mal renseigné car l"Esclave Fidèle et Avisé représente l'ensemble des chrétiens oints sur Terre et non pas uniquement le Collège Central. Les frères responsables de la Société Watchtower ne sont pas tous oints (Si je ne m'abuse, le Président actuel ne l'est pas).
L'explication théologique est toutefois réfutée par plusieurs personnes qui estiment qu'il n'y a jamais eu de collège central à Jérusalem au Ier siècle qui aurait supervisé l'œuvre des premiers chrétiens et aurait énoncé la bonne compréhension des écrits bibliques.
Le jour de la Pentecôte de l’an 33, le Collège Central était composé des douze apôtres Christ. Vers l’an 49 de notre ère, ce collège central comprenait les apôtres du Christ encore vivants et les aînés spirituels de la congrégation de Jérusalem.

Lire à ce sujet, Actes chapitre 15. (je vais citer quelques passages)

(Actes 15:2) [...] Mais après qu’une dissension et une discussion assez graves furent survenues entre Paul et Barnabas [d’une part] et eux [d’autre part], on décida que Paul et Barnabas et quelques autres d’entre eux monteraient vers les apôtres et les anciens à Jérusalem, à propos de cette discussion

(Actes 15:4) [...] Quand ils arrivèrent à Jérusalem, ils furent aimablement accueillis par la congrégation et les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait par leur moyen [...]

(Actes 15:6) [...] Les apôtres et les anciens se rassemblèrent pour examiner cette affaire [...]

les 12 apôtres exercèrent une autorité en tant que collège central, à la suite de quoi ils dirigèrent courageusement l’œuvre de témoignage. Voir à ce sujet Actes 4:33, 35, 37 ; 5:18, 29. Il est évident que les apôtres ont donc dirigé et l'oeuvre de prédication et l'acheminement des vérités bibliques, choses desquelles le Collège Central actuel se soucie également.
Des critiques font remarquer qu'il n'y a pas eu de chaîne continue d’une classe d’esclaves proches et soudés qui aurait pris naissance au Ier siècle et qui, de génération en génération, se serait perpétué jusqu'à l'époque de Charles Taze Russell et de la Société Watchtower que celui-ci a fondée
Il y avait des chrétiens sincères au Moyen Âge. Certains sont morts en public sur le bûcher à cause de leur refus de transiger avec leur foi. Au quatrième siècle, certains chrétiens, qui avaient rejeté la doctrine païenne de la trinité, furent appelés “ariens”. D’autres, qui célébraient fidèlement le Mémorial de la mort du Christ le 14 Nisan, furent qualifiés de “sectaires du quatorze Nisan”. Au septième siècle, des croyants qui s’en tenaient au “véritable christianisme biblique et apostolique” furent appelés “pauliciens”. Mais ni ces termes péjoratifs ni les persécutions n’empêchèrent les fidèles chrétiens oints de rester intègres.

Jéhovah Dieu qui sait lire dans les coeurs à prit note de leur foi remarquables. Bien qu'il n'y ait aucune trace de Collège Central durant cette période extrêmement difficile, on ne peut nier le fait que des personnes ont pris soin de la foi d'autres et ont par ailleurs accomplit la volonté divine.
Dans la pratique, le Collège Central ne consulte jamais les autres membres oints pour prendre une décision sur la doctrine ou l'organisation, alors qu'en théorie la classe des membres oints dans leur ensemble constitue l' 'esclave fidèle et avisé'.
Oui. Du temps des premier chrétiens, énormément étaient oints (Pentecôte 33, etc) mais tous ne faisaient pas partie du Collège du résidait à Jérusalem.
Les décisions prises (à la majorité des deux tiers) par cet 'esclave fidèle et avisé' ne sont pas contestables, sous peine d'excommunication ; tous les fidèles sont tenus de s'y soumettre, quand bien même il s'agit de décisions graves touchant à leur vie (soins médicaux, neutralité politique...), ou contradictoires au fil du temps.
Quand le Collège au premier siècle à ordonné ceci aux chrétiens :

Car l’esprit saint et nous-mêmes (le Collège, ndlr ;-) )avons jugé bon de ne pas vous ajouter d’autre fardeau, si ce n’est ces choses-ci qui sont nécessaires : 29 vous abstenir des choses qui ont été sacrifiées aux idoles, et du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. Si vous vous gardez soigneusement de ces choses, vous prospérerez. Portez-vous bien ! ”

Pensez-vous qu'il y avait droit de contester ? Non, car les arguments étaient bibliques et émanaient de la Parole de Dieu, la Bible, laquelle est inspirée de Dieu. Encore un point commun entre ces deux Collèges donc.
L' 'esclave' estime que les interprétations bibliques qu'il fournit sont absolument indispensables aux fidèles, car celui qui étudierait la Bible Seule ne pourrait pas, d'après lui, la comprendre
Compte tenu que je prêche régulièrement, je peux d'avérer que c'est bien vrai ;-). C'est incontestable.

Tes textes de 1Jean sont adressés à des chrétiens qui ont reçu de l'Esprit Saint ("Onction") , autrement dit, des oints. L'esprit Saint avant se manifestait de façon visible : don de langues, de connaissance, miracles (flammes à la Pentecôte). Donc les Oints de l'époque recevaient la connaissance de l'Esprit Saint et n'avaient pas besoin d'autres chose pour la transmettre aux congrégations. Il s'agissait d'un avertissement pour notamment des faux-prophètes.

Pour 1 Corinthiens 2:14-15, c'est ce que chaque chrétien est invité à faire : se remettre en question par l'étude personnelle permettant de saisir les commandements divins.
Comment concilier l'idée que la bible insiste sur la capacité de chaque chrétien d'obtenir la connaissance, notamment grace à l'esprit saint agissant sur chaque adorateur et le concepte de l'E F A seul moyen d'obtenir cette connaisssance ???
*** w00 1/4 p. 8-9 Comment l’esprit de Dieu agit-il de nos jours ? ***

Comment l’esprit saint enseignait-il les disciples ? En leur faisant comprendre des choses qu’ils avaient précédemment entendues de la bouche de Jésus sans bien en saisir le sens. Par exemple, les apôtres savaient qu’au cours de son procès Jésus avait dit au gouverneur romain de Judée, Ponce Pilate : “ Mon royaume ne fait pas partie de ce monde. ” Pourtant, quand, une quarantaine de jours plus tard, Jésus est remonté au ciel, ils persistaient à croire que le Royaume serait établi sur la terre (Jean 18:36 ; Actes 1:6). Il semble qu’ils n’ont vraiment compris les paroles de Jésus qu’après avoir reçu l’esprit saint de Dieu, à la Pentecôte 33.

L’esprit de Dieu a également stimulé la mémoire des disciples en leur rappelant ce que Jésus leur avait enseigné. Ainsi, les prophéties qui annonçaient la mort et la résurrection du Christ ont pris soudain tout leur sens (Matthieu 16:21 ; Jean 12:16). Avec les paroles de Jésus bien présentes à l’esprit, les apôtres ont pu défendre hardiment leur position devant des rois, des magistrats et autres chefs religieux. — Marc 13:9-11 ; Actes 4:5-20.

(fin de citation)

Cet Esprit de la Vérité nous permet donc la même chose pour ce qui est du Collège central, comme il le permettait aux disciples vis à vis de l'enseignement de Jésus et des Apôtres.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -

question

Avatar du membre

Messages : 354
Enregistré le : 09 févr. 2008 05:38

Ecrit le 17 avr. 2008 17:09

Message par question

HORS SUJET

question

Avatar du membre

Messages : 354
Enregistré le : 09 févr. 2008 05:38

Ecrit le 17 avr. 2008 17:35

Message par question

NHOJ dit

Citation:
Les décisions prises (à la majorité des deux tiers) par cet 'esclave fidèle et avisé' ne sont pas contestables, sous peine d'excommunication ; tous les fidèles sont tenus de s'y soumettre, quand bien même il s'agit de décisions graves touchant à leur vie (soins médicaux, neutralité politique...), ou contradictoires au fil du temps.


Quand le Collège au premier siècle à ordonné ceci aux chrétiens :

Car l’esprit saint et nous-mêmes (le Collège, ndlr )avons jugé bon de ne pas vous ajouter d’autre fardeau, si ce n’est ces choses-ci qui sont nécessaires : 29 vous abstenir des choses qui ont été sacrifiées aux idoles, et du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. Si vous vous gardez soigneusement de ces choses, vous prospérerez. Portez-vous bien !


Pensez-vous qu'il y avait droit de contester ? Non, car les arguments étaient bibliques et émanaient de la Parole de Dieu, la Bible, laquelle est inspirée de Dieu. Encore un point commun entre ces deux Collèges donc


Pensez vous qu'aujourdh'ui le College Central des TJ puisse dire " l'esprit saint et nous même " ?
Toutes les interpretations de la WT sont-elles le fruits de l'esprit saint ?
En ACTES 15 est-il question d'acquerir la connaissance grace à "l'esprit de vérité" ou au contraire s'agit-il de régler une situation de tension entre les chrétiens d'origine gentils et juives ?

En (1 Corinthiens 2:14-15 - TMN) il est question de l’homme spirituel qui a une capacité de comprehension aigue, faut-il être "oint" pour être un homme spirituel .


En (Jean 16:13-14 - TMN)il est question de l’esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité,, faut-il être "oint" pour beneficier de l'influence de cet esprit de vérité ?

En ACTES 15, les apotres ont-ils adopté leur décision à la majorité des deux tiers ou à l'unanimité ?

L'E F A est constitué de l'ENSEMBLE des oints sur la terre, pourquoi ne sont-ils jamais consultés pour l'élaboration de la nourriture spirituelle alors que cette responsabilité leur incombe ?

Vos affirmations sont souvent arbitraires et ne reposent sur aucune preuve mais sur l'acceptation de la théologie de la WT, par exemple seule 144 000 sont oints, c'est l'interpretation de la WT mais de nombreux théologiens et exegetes ont une comprehensions differents.
Vous auto proclamez les interpretations de la WT bibliques, cela n'engage que vous.
Comment une organisation religieuse peut-elle s'approprier le droit et la capacité d'interpreter la bible avec exactitude ?
C'est votre profession de foi !!!!
Modifié en dernier par question le 17 avr. 2008 17:38, modifié 1 fois.

VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 17 avr. 2008 17:36

Message par VAGNA

question a écrit :HORS SUJET
MDR

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 17 avr. 2008 17:36

Message par Zouzouspetals

Où est passée la réponse de question ? Et en quoi aurait-elle été hors-sujet ?

Malgré quelques tentatives pour assimiler certains groupes de dissidents médiévaux à "l'esclave fidèle et avisé", force est de constater que l'Histoire n'atteste en rien l'existence d'un groupe organisé de chrétiens oints, chargés de nourrir leurs coreligionnaires sans interruption pendant 20 siècles... si l'on excepte l'église catholique bien sûr. ;-)

La preuve en est la démarche même de Russell et de ses compagnons, qui se sont affirmés en rupture avec les églises dominantes, et jamais en adéquation et continuité d'un hypothétique "esclave fidèle et avisé". Au point que c'est Russell lui-même qui a été identifié à cet "esclave".
On ne peut mieux dire à quel point Russell et ses compagnons ignoraient, à leur époque, la supposée existence d'une chaîne ininterrompue de chrétiens oints, une génération nourrissant la suivante.
Si cet "esclave fidèle et avisé" a existé dans les années 1870, Russell l'a manqué !
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité